Adresse
Téléphone

L'AVENIR : Les Saive et les Rochus à Garisart

Good2Know-004 - 19.05.2018 


Les Saive et les Rochus à Garisart le 1er juillet
Christian VAN HERCK
 
L’Arlon-Open 2018 (25 000$) de Garisart est sur les rails. La balle jaune sera à nouveau reine de Weyler, du 23 juin au 1er juillet.

Deux grandes absences ont marqué la conférence de presse présentant l’édition 2018 de l’Open d’Arlon de Garisart, hier matin.

Pascal Noirhomme, disparu récemment, était le commentateur de la retransmission en direct de la finale sur TV Lux. Et Jacky Fonck, le père fondateur du club, n’avait pas raté une conférence de presse depuis 1980. Il était en mission à l’étranger.

L’édition 2018, qui se disputera du 23 juin au 1er juillet, reste dans la continuité qui a fait le succès des précédentes éditions, mais elle présente quelques nouveautés.

Tout d’abord, le tournoi, qui est le plus important tournoi pour professionnels de Belgique après celui du Sportpaleis d’Anvers, sera co-dirigé par deux femmes.

Rarissime et probablement unique au monde pour un tournoi masculin, dans un milieu en général très macho. Annyse Guillaume et Faby Bruens seront aux commandes et mettront tout en œuvre pour que, comme d’habitude, les petits plats soient mis dans les grands.

Renaud Matgen, première star inscrite au tournoi

Un nouveau trophée sera mis en jeu. Une œuvre du sculpteur arlonais qui a le vent en poupe, Renaud Matgen, restera à Garisart, mais pourrait être emportée par celui qui remportera trois fois l’épreuve. Du mercredi au dimanche, l’artiste aujourd’hui installé dans la région bordelaise, sera sur place et exposera ses œuvres. Renaud Matgen est ainsi la première star officiellement inscrite.

Enfin, et ce n’est pas le moindre pour les amateurs des spectacles sportifs haut en couleur, un combat inédit opposera les anciennes vedettes du tennis belge, Olivier et Christophe Rochus, aux anciennes vedettes du tennis de table, Jean-Michel et Philippe Saive. Ils s’affronteront raquettes de tennis en main, le 1er juillet, avant de s’affronter, probablement sur une petite table, au milieu d’un central inhabituel.

Reste aux organisateurs de prier pour que la météo soit plus clémente qu’en 2017, quand il avait fallu rapatrier la finale en indoor. Un grand et chaud soleil estival serait bien mérité pour les organisateurs et nombreux spectateurs qui se pressent habituellement sur les gradins du club de Weyler.