Adresse
Téléphone
Régulièrement, et tous les jours durant le tournoi, vous découvrirez dans cet espace le journal du Tournoi avec échos, anecdotes, commentaires et interviews réalisés par François Back.

Set à Lire n° 4 - 2018

 
Garisart : UN LABEL et DES ETOILES
 
Quel est le point commun entre le guide Michelin, ISO 9000, un AOC, une IGP, l’ENA et Garisart ?
Des références et un passé qui plaident  pour la qualité de ses  organisations : 10 ans de championnat d’Europe des cadets-cadettes, Garifolies avec David Goffin, création de l’Académie by Swisslife avec Olivier Rochus, lancement d’un Pro team et un développement qualitatif des installations… 
Des administrateurs et des sponsors qui ont fait confiance à la nouvelle gestion et au projet à long terme. 
Un club qui offre du rêve et de la réalité à des jeunes sportifs, un accueil familial et un encadrement professionnel.
Une certification sur la qualité, le management, la sympathie et … le bénévolat !
 
 
Les potins de la raquette
 
 * Les petites fourmis du club sont sollicitées en permanence.
Ingrid, Faby, Cath, Annie et Valérie doivent régler 1001 problèmes.
Ca va d’un passeport perdu aux paiements des primes en passant par les tickets aux bénévoles, les pannes d’électricité ou de wi-fi, les copies des programmes, la liste des invités, les réservations VIP, les boites de balles, réservations des terrains d’entraînement, les cordages ou shuttle …
Chapeau bas, mesdames !
* Jonathan Kanar, le Toulonnais, surnommé « colvert », a dit beaucoup de bien de son vainqueur Zizou. Hospitalisé à la suite d’un virus, il a disputé 13 tournois et joue les interclubs en Allemagne. Il a eu l’honneur d’être reconduit à la gare de Luxembourg par la directrice … en décapotable !
* Le ballet des balais ! Raclettes, brosses, gratteurs, arrosage. Hier matin, réparation d’urgence du central. Remplacement d’un filet sur le court 9. L’équipe d’entretien est d’attaque  tous les 3 jeux ou tous les 7 jeux sur les courts 7 et 8 en meilleur état. Interventions chronométrées : une minute trente !
* Du jamais vu ! 6 Australiens ensemble sur 2 courts. Il faut préciser que c’étaient des doubles … A cause de la réparation du central, c’était difficile de supporter les joueurs. On ne savait pas toujours à qui s’adressaient les applaudissements.
* Soirée « blindtest » par Lucas et Daniel vendredi soir. Ca promet avec des équipes super-dopées : Garibar, Vive la France, Mimic, les Vamps, les Groseilles, la team Scandale … Les femmes vont-elles enlever le trophée ? Quelles sont les bonnes années ? Nostalgie…
* Les balles du tournoi sont des Head ATP. L’avis des joueurs ? Il faut rentrer dedans, mais bougent beaucoup à la longue. Les marques changent avec les tournois. Donc ils doivent s’habituer.
 
Côté JARDIN
 
* Des bénéfices de tombolas, ventes et enchères sont affectés à 3 associations : Mistral gagnant, présent depuis 3 ans, qui réalise les souhaits d’enfants malades, l’hôpital des enfants à Luxembourg grâce à Swisslife qui a animé la soirée des sponsors (un T-shirt collector de Coupe Davis signé par David Goffin a été « enlevé » par un administrateur fervent supporter).
Et Saint Aubain à Habay, centre d’accueil pour des enfants en difficultés familiales.
* Samedi après-midi, exhibition de padel avec Christophe et Olivier Rochus. Deux terrains sont maintenant couverts.
* Entre CEB, proclamations des résultats, réunions de parents, opérations de fin d’année scolaire, les bénévoles ont dû adapter leur planning. Et le club a utilisé toutes les ficelles de ses raquettes pour trouver des solutions de rechange. Bénévoles for ever. Une denrée rare mais indispensable …
* Secrétariat en état de guerre hier. Coupe de courant. Rupture d’internet. Programmes de PC inaccessibles. Conversations absurdes… « Moi, je suis verrouillée ». « Moi, je suis bugée ». Piratage possible ?
* Dédé, le président de l’asbl multiplie les gestes de convivialité vis-à-vis des invités et vieilles gloires du club.
Il prend évidemment sur son budget de vacances. Une petite sieste dans l’après-midi et comme « un Mars et ça repart ! »
* Le Belge Jeroen Vanneste a été soigné par le doc du tournoi, Jean-Paul Gilson, pour une sinusite. Avec succès apparemment puisqu’il est finaliste en double.
* Beau succès pour l’expo de Michel Guilluy sur Donnay. La dernière sortie de son expo c’était au Musée de la laine à Verviers en 2014.
 
Côté COURT
 
* Un 2e tour expéditif entre Zizou Bergs (ATP 515) et le Français Kanar (ATP 505) qui a dit tout le bien qu’il pensait de l’espoir belge. 6-1, 6-4.
* Derby hallucinant en double : 2 paires australiennes. On connait la réputation de cet exercice particulier, qui ressemble à une danse de kangourous. On saute, on bondit, on se fait des signes cabalistiques dans le dos. Du tennis d’adresse et d’anticipation. Les 2 équipes sont hébergées chez une membre du club, la « célèbre » Sharon. Installée depuis 4 ans chez nous, elle joue avec les dames + 35.
Les 2 équipes ne s’étaient jamais rencontrées. Les frères Taylor ( 24 et 27 ans, classés ATP 502 en double avec un titre en 2018 en Australie ) en sont à leur 4e participation à l’Open. Finalistes en 2014, battus en 8e en 2015, absents en 2016, battus en ¼ en 2017 et battus en ½ cette année.
* L’autre équipe (Propoggia-Puodziunas) a de belles références. L’un, Dane, est classé ATP 292 en double avec 4 titres en 2017 et 2 titres en 2018. Ils joueront la finale ce vendredi contre la paire Belge, Jonas Merckx et Jeroen Vanneste
* En quart : un Argentin, un Allemand, tête de série N°1, un Belge, Zizou Bergs, 2 Néerlandais- Brouwer et Sels-, un Péruvien, un Belge, Germain Gigounon et 
* Boris Fassbender,  WC du Pro team de Garisart, a été éliminé par un Péruvien sur le score serré de 6-4, 4-6 , 6-2.
* Finale des doubles vendredi à 15 h sur le central rénové.
* Quarts de finale : 2 Allemands, 1 Péruvien, 2 Néerlandais, 1 Argentin et 2 Belges, Zizou Bergs et Germain Gigounon.
* Le local du Pro team, Yannick VDB a déçu. Malgré 5 aces, mais 7 doubles fautes, un bulletin insuffisant sur les services de points gagnants. Son adversaire, l’Allemand Pascal Meis en est à sa 4e participation à l’Arlon Open. Va-t-il imiter son compatriote, Yannick Maden, vainqueur en 2016 ?